mercredi, mars 19, 2008

La vida de varios presos políticos saharauis corre serio peligro tras semanas de huelga de hambre

marzo 17, 2008
La vida de varios presos políticos saharauis corre serio peligro tras semanas de huelga de hambre

El Comité para la Defensa del Derecho de Autodeterminación del Pueblo Saharaui hizo el sábado un “llamamiento urgente e insistente” para evitar una tragedia
El activista saharaui de DD.HH. y ex preso político en las cárceles marroquíes, Brahim Noumria, hace pública una carta a las organizaciones internacionales para impedir un desenlace trágico
El Aaiún/Valencia.- El Comité para la Defensa del Derecho de Autodeterminación del Pueblo Saharaui hizo el sábado un “llamamiento urgente e insistente” en el que “llama la atención sobre el peligrosidad de la situación” de los presos políticos saharauis en prisiones marroquíes. La organización, en un comunicado firmado por su presidente, Sidi Mohamed Dadach, al que ha tenido acceso el Servicio de Comunicación Saharaui en Canarias (SCSC) pide a “todas las organizaciones de defensa de los Derechos Humanos y a las conciencias vivas, las fuerzas democráticas y al pueblo saharaui para defender los presos políticos en huelga de hambre para salvar sus vidas que peligran mediante la presión sobre el Estado marroquí para que acceda a sus legitimas reivindicaciones evitando así una inminente catástrofe humanitaria cuyas primeras consecuencias las sufre el preso político Said el Beilal”.
El Beilal activista de Derechos Humanos y miembro del Comité, sigue en la cárcel de la ciudad marroquí (Salé), aguantando las terribles consecuencias de la huelga de hambre iniciada el 20 de febrero pasado “que repercute negativamente sobre su estado de salud que sigue empeorando día tras día, ya que sufre una parálisis de movimientos y continuos desmayos”.
La organización civil saharaui también alerta con particularidad insistencia sobre el estado del activista Brahim Sabar, cuya salud se ha agravado obligando a su traslado a un centro hospitalario, en estado critico. Tambié es “preocupante” el caso de los demás presos en la Cárcel Negra de El Aaiún que prosiguen una huelga similar, “situación que afronta la dirección del centro penitenciario afronta con persistente desinterés hacia los legítimas reivindicaciones de los presos recogidas en todas las normas internacionales en materia de trato de presos. Todo ello acerca de forma inminente “el peligro de una catástrofe humanitaria” por “la ausencia de una voluntad decidida por parte de la dirección de los centros de abrir canales de diálogo con los presos que han sido encarcelados por manifestar sus opiniones en defensa del derecho de autodeterminación del pueblo saharaui”, indica el comunicado.
Por otro lado, el activista saharaui de Derechos Humanos, ex desaparecido y ex preso político Brahim Noumria, ha hecho pública una carta dirigida a las principales organizaciones internacionales de Derechos Humanos que transcribimos literalmente dado su interés.
“Estimados miembros de:
- Amnistia Internacional
- Organizacion Mundial Contra la Tortura
- Front Line Defender
- HRW
Como sabeis, los presos políticos saharauis en las presiones marroquies, tanto en Marruecos como en los territorios ocupados del Sahara Occidental, entraron en huelga de hambre ilimitada desde el dia 25 de febrero de 2008 reivindicando la mejora de su situación infrahumana como presos politicos.
Esta situación que podría causar en cualquier momento un hecho trágico para las familias de los presos politicos y tambien para nosotros los defensores de Derecho Humanos en esta zona del planeta que compartimos todos como seres humanos. Lo cual nos obliga implicarnos en el hecho ya que se encuentran entre los huelguistas miembros de ONGs y defensoras de DDHH en el territorio .
Digo esto porque tuve la oportunidad de contactar ayer 15 de marzo de 2008 con uno de ellos, Louali Amidan, miembro en el grupo juvenil de CODESA, que fue detenido y torturado más de cuatro veces y era uno de los 14 presos políticos que fueron juzgados conmigo en diciembre de 2005. Amidan ya participó entonces en la huelga de hambre más larga que hicieron los presos saharauis desde el año 1975, fecha de la invasión marroquí del Sahara Occidental, ex colonia española. Fue operado en el hospital Ben El Mehdi durante la huelga; por lo que se supone que su participación en la huelga de hambre ilimitada actual en la prisión de Taroudanet pone su vida en riesgo.
He notado que su estado de salud es crítico y, según me informo, la dirección de la cárcel no le presta ni la mínima atención que se da a todos aquellos que entran en las huelgas de hambre. El doctor de la cárcel no le hizo ninguna visita desde el comienzo de su huelga y se encuentra encerrado en su celda individual. Tampoco el director de la cárcel y el procurador del Rey en el tribunal de segunda instancia abrieron un dialogo con el preso político en huelga.
Así, hago un llamamiento a todos los defensores de DDHH para que actúen de manera urgente en presionar a Marruecos para abrir un dialogo con los presos políticos que en huelga y poner fin a esta situación trágica.
Brahim Noumria : defensor de Derechos Humanos en el Sahara Occidental, ex desaparecido en Galaat Mgouna y ex preso de conciencia en 2005-2006 (Servicio de Comunicación Saharaui de Canarias

Grève la faim : 24ème jour


Comité de Suivi

Rapport quotidien sur l’état de santé des détenus politiques en grève illimité de la faim à la Prison Noire d’El-Ayoune

Rapport du vingt quatrième jour, 19 mars 2008

L’état de santé des détenus politiques sahraouis, dans les différentes prisons du Maroc, continue d’être source permanente de préoccupation, alors que plusieurs associations et comités sahraouis lancent des appels urgents pour sauver la vie des grévistes. Mr. Brahim SABBAR, se trouve dans un état très préoccupant à cause des répercussions de 10 ans de disparition forcée à Kalaat Megouna, et plusieurs grèves de la faim aussi bien que pour les conditions inhumaine de sa détention. Le médecin, à l’hôpital d’El-ayoune, a confirmé hier que Mr. SABBAR souffre de fonctionnement insuffisant de son foie. Mr. Brahim SABBAR, 50 ans, marié et père à trois enfants (une fille : Afafe et deux garçons : Affane et Salah Eddine), est incarcéré depuis le 17 juin 2006.
Quand à l’état des autres détenus politiques sahraouis, à la Prison Noire d’El-Ayoune, le comité de suivi a été averti que Mr. Omar BELYAZID a été transféré, aujourd’hui mecredi 19 mars 2008, à l’hôpital à cause des douleurs aigues aux intestins. De même, Mr. Elhafed TOUBALI souffre de vomissements et Mr. Ghali ZOUGHAM souffre de difficulté du mouvement.
En plus, le détenu sahraoui, à la prison Locale de Kenitra, Mr. ELAASRI souffre de douleurs aux reins et son camarade à la même prison, Mr. Saleh AMIDANE, souffre de vomissement et vertige.
Nous rappelons que les détenus politiques sahraouis, à la Prison Noire d’El-Ayoune ont commencé une grève de la faim illimitée depuis le 25 février 2008, alors que Mr. Said ELBAILLAL poursuit une grève similaire, dans la prison locale de Salé, depuis le 20 février. En outre, les prisonniers politiques sahraouis, répartis dans les prisons marocaines de Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kénitra, ont entamé, lundi 10 mars 2008, une grève illimitée de la faim, réclamant l’amélioration leurs conditions de détention à l’intérieur de ces prisons, ainsi que leurs droits légitimes garantis par les conventions et traités internationaux, en tant que prisonniers d’opinion.


English
Monitoring Committee

Daily Report on the health status of political prisoners on unlimited hunger strike in the Black Prison in El-Ayoune

Report of the twenty fourth day, March 19, 2008

The health status of the Sahrawi political prisoners in various prisons of Morocco continue to be source of concern, although a number of Sahrawi associations and committees launched urgent appeals to save the lives of the strikers. Mr. Brahim SABBAR, is in a state of great concern because of the impact of 10 years of enforced disappearance at Kalaat Megouna, and several hunger strikes as well as for the inhumane conditions of his detention. The doctor at the hospital in El-ayoune, confirmed yesterday, that Mr. SABBAR suffers from functioning difficulties in his liver. Mr. SABBAR Brahim, 50 years old, married and father to three children (one daughter: Afafe and two boys: Affane and Salah Eddine) is imprisoned since June 17, 2006.
As for the status of other Saharawi political detainees, in the Black Prison in El-Ayoune, the monitoring committee was warned that Mr. BELYAZID Omar was transferred today Wednesday March 19, 2008, to the hospital because of acute pain in the intestines. Similarly, Mr. Elhafed TOUBALI suffers from vomiting and Mr. Ghali ZOUGHAM suffers from difficulties of the movement.
In addition, the Saharawi detainee at the local prison of Kenitra, Mr. ELAASRI suffers from pains in his kidneys and his comrade at the same prison, Mr. Saleh AMIDANE, suffers from vomiting and dizziness.
We recall that Sahrawi political detainees, in the Black Prison in El-Ayoune began an unlimited hunger strike on Feb. 25, 2008, while Mr. Said ELBAILLAL is pursuing a similar strike in the local prison of Salé, since Feb. 20. In addition, the Saharawi political prisoners, divided on Moroccan prisons of Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kenitra, began, Monday, March 10, 2008, an unlimited hunger strike, demanding to improve their conditions of detention inside these prisons, as well as their legitimate rights guaranteed by international conventions and treaties, as prisoners of conscience.

Rapport du vingt troisième jour de la grève de la faim

Comité de Suivi

Rapport quotidien sur l’état de santé des détenus politiques en grève illimité de la faim à la Prison Noire d’El-Ayoune

Rapport du vingt troisième jour, 18 mars 2008

L’état de santé des détenus politiques sahraouis, dans les différentes prisons du Maroc, continue d’être source permanente de préoccupation, alors que plusieurs associations et comités sahraouis lancent des appels urgents pour sauver la vie des grévistes. Mr. Brahim SABBAR, Mr. Bachri BENTALEB, Mr. Mohamed Salem et Mr. Mohamed Lehbib ELGASMI, qui étaient transférés à l’hôpital depuis le 14 mars dans un état critique, ont été reconduits à la Prison Noire, hier. Les avocats sahraouis, Mr. Mohamed Lehbib ERGUEIBI, Mr. Hassan BENAMMAN et Mr. Mohamed BOUKHALED, ont rendu, hier lundi 17 mars 2008, visite aux détenus politiques sahraouis en grève de la faim, à la Prison Noire. Ces avocats avaient été interdit de rendre visite aux détenus alors qu’ils étaient à l’hôpital. Ces avocats ont aussi demandé aux détenus de cesser leur grève de la faim dans le but de sauver leur vie. Les détenus politiques sahraouis avaient expliqué, lors de cette rencontre, aux avocats leur situation et le comportement des autorités marocaines à leur égard.
Les cas suivant sur l’état de santé des détenus politiques sahraouis en grève de la faim, ont été communiqué au comité de suivi, aujourd’hui:
Mr. Brahim SABBAR a été reconduit à l’hôpital, aujourd’hui mardi 17 mars 2008, où il a été hospitalisé et fait des analyses sur le foie, le cœur et les poumons.
Mr. Elhafed TOUBALI est toujours à l’hôpital où il a été transféré, lui et Mr. Mohamed TAHLIL, hier lundi 17 mars 2008
Mr. Omar BELYAZID, a été conduit à l’hôpital, aujourd’hui, à cause des douleurs aux intestins
Mr. Bachir KHADDA souffre de douleurs aux reins
Mr. Ahmed Salem AHMEIDAT souffre de douleurs à l’estomac
Mr. Mouloud ELHAJAJ souffre de douleurs à l’estomac
Mr. Ghali ZOUGHAM souffre de douleurs aux intestins
Mr. mohamed Salem BAHAHA souffre de baisse de la tension
Mr. Mohamed BOUTABAA souffre de douleur au foie
Nous rappelons que les détenus politiques sahraouis, à la Prison Noire d’El-Ayoune ont commencé une grève de la faim illimitée depuis le 25 février 2008, alors que Mr. Said ELBAILLAL poursuit une grève similaire, dans la prison locale de Salé, depuis le 20 février. En outre, les prisonniers politiques sahraouis, répartis dans les prisons marocaines de Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kénitra, ont entamé, lundi 10 mars 2008, une grève illimitée de la faim, réclamant l’amélioration leurs conditions de détention à l’intérieur de ces prisons, ainsi que leurs droits légitimes garantis par les conventions et traités internationaux, en tant que prisonniers d’opinion.
English
Monitoring Committee

Daily Report on the health status of political prisoners on unlimited hunger strike in the Black Prison in El-Ayoune

Report of the twenty third day, March 18, 2008

The health status of the Sahrawi political prisoners in the various prisons of Morocco continues to be source of concern, although a number of Sahrawi associations and committees launched urgent appeals to save the lives of the strikers. Mr. Brahim SABBAR, Mr. BENTALEB Bachri, Mr. And Mr. Mohamed Salem Mohamed Lehbib ELGASMI, who were transferred to the hospital since March 14 in critical condition, were taken back to the Black Prison; yesterday. The Sahrawi lawyers, Mr. Mohamed Lehbib ERGUEIBI, Mr. Hassan BENAMMAN and Mr. Mohamed BOUKHALED, visited, yesterday Monday, March 17, 2008, the Saharawi political prisoners on hunger strike, in the Black Prison Noire. These lawyers have also asked the prisoners to stop their hunger strike in order to save their lives. The Saharawi political detainees had explained at the meeting, lawyers their situation and the behaviour of the Moroccan authorities against them. We recall that these lawyers were forbidden to visit the detainees while they were in hospital yesterday.
The following case on the health status of the Saharawi political prisoners on hunger strike, have been forwarded to the monitoring committee today:
Mr. Brahim SABBAR was taken to the hospital today Tuesday, March 17, 2008, where he was hospitalized and made tests on the liver, heart and lungs.
Mr. Elhafed TOUBALI remains in hospital where he was transferred, he and Mr. Mohamed TAHLIL yesterday Monday, March 17, 2008
Mr. BELYAZID Omar, was taken to hospital today because of pain in intestines
Mr. Bachir KHADDA suffers from kidneys pain
Mr. Ahmed Salem AHMEIDAT suffers from stomach pain
Mr. Mouloud ELHAJAJ suffers from stomach pain
Mr. Ghali ZOUGHAM suffers from pains in intestines
Mr. Mohamed Salem BAHAHA suffers from declining tension
Mr. Mohamed BOUTABAA suffers from pain in the liver
We recall that Sahrawi political detainees, in the Black Prison in El-Ayoune began an unlimited hunger strike on Feb. 25, 2008, while Mr. Said ELBAILLAL is pursuing a similar strike in the local prison of Salé, since Feb. 20. In addition, the Saharawi political prisoners, divided on Moroccan prisons of Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kenitra, began, Monday, March 10, 2008, an unlimited hunger strike, demanding to improve their conditions of detention inside these prisons, as well as their legitimate rights guaranteed by international conventions and treaties, as prisoners of conscience.

: Débat thématique sur les situations relatives aux droits de l’homme qui requièrent l’attention du Conseil





I S M U N

INTERNATIONAL YOUTH AND STUDENT MOVEMENT FOR THE UNITED NATIONS
Mouvement International Movimiento Internacional
des Jeunes et des Etudiants de Jóvenes y Estudiantes
pour les Nations Unies para las Naciones Unidas
I S M U N

7ème Session du Conseil des Droits de l’Homme

14 mars 2008.

Orateur : M’Hamed Mohamed Cheikh

Point 4 de l’ordre du jour : Débat thématique sur les situations relatives aux droits de l’homme qui requièrent l’attention du Conseil.

Monsieur le Président,

Le Mouvement International de la Jeunesse et des Etudiants pour les Nations Unies (ISMUN) est convaincu que l’ensemble des droits de l’homme sont indissociables et constituent des enjeux cruciaux, liés et interdépendants. Mais le principe d’universalité de ces droits auquel nous adhérons pleinement n’a, réellement de sens que s’il se fonde sur le respect effectif des droits de l’homme qui implique le respect du droit des peuples à disposer d’eux mêmes, notamment à l’indépendance et à la souveraineté sur leur terre.

Le peuple sahraoui, dont les souffrances demeurent une source de vive préoccupation est parmi ces peuples qui n’ont pas pu jouir, jusqu’à présent, de leurs droits légitimes, notamment celui de l’autodétermination malgré le nombre impressionnant de textes et de résolutions adoptés par les différents organes de l’ONU.

La situation humanitaire tragique du peuple sahraoui et l’ampleur des pratiques répressives dans les territoires occupés, ou les droits fondamentaux sont bafoués au quotidien par le Maroc, ont provoqué la frustration, la désillusion et l’amertume, accumulées durant plus de 32 ans d’occupation, mais elles ont surtout alimenté la colère, les sentiments de déception, d’injustice et de désespoir rendant difficile une situation déjà préoccupante. Et tout le monde sait quels résultats et quels fruits amers la frustration et l’amertume sont capables de produire à tout instant.


Monsieur le Président,

Plusieurs rapports confirment que la situation des droits de l’homme au Sahara Occidental s’est, davantage détériorée ces derniers temps, notamment depuis que le Maroc a accentué, encore plus, le bouclage des territoires, intensifié la répression et procédé à plusieurs arrestations arbitraires qui n’ont même pas épargné les membres d’une délégation européenne composée de représentants de la CGT France, CGT Italie et CCOO Espagne, venus s’enquérir de la situation désastreuse des travailleurs sahraouis.

Dans son rapport annuel, Human Rights Watch a souligné que « le Maroc use de manière excessive et féroce de la force et des procès non équitables, et que la répression policière des manifestations a été plus féroce au Sahara Occidental que partout ailleurs ». Les graves atteintes aux droits de l’homme sont documentées par plusieurs organisations et institutions internationales dont le Haut Commissariat aux droits de l’homme qui, dans son rapport de 2006 a souligné que « toutes les violations des droits de l’homme commises au Sahara Occidental se nourrissent de la non application du droit fondamental qu’est celui de l’autodétermination ». D’ailleurs, l’on ne sait toujours pas pour quelle raison Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme n’a pas encore rendu public le rapport de sa mission au Sahara Occidental et pourquoi il ne veille pas à la mise en œuvre de ses recommandations.

La Communauté internationale est interpellée avec un sens accru de l’urgence car elle ne peut rester, plus longtemps, ni silencieuse, ni passive devant l’injustice énorme perpétrée contre le peuple sahraoui et les conséquences économiques et sociales dévastatrices de l’occupation illégale de son pays par le Maroc.

A quelques jours de l’examen du Royaume du Maroc dans le cadre de l’UPR, le Conseil des droits de l’homme ne doit pas faire un chèque en blanc au régime de ce pays dont il est connu et avéré, depuis longtemps, qu’il viole systématiquement les droits civils et politiques au Sahara Occidental.

Je vous remercie.

lundi, mars 17, 2008

Coordination des comités et des Associations au Sahara occidental


Déclaration constitutionnelle
Devant la persistance des autorités marocaines à confisquer le droit à la liberté pour les prisonniers politiques sahraouis, incarcérés dans plusieurs prisons marocaines pour leurs opinions politiques ou leur activité de défenseurs des droits humains; et en parallèle avec le lancement de la Campagne internationale pour la libération de Brahim SABBAR et tous les prisonniers politiques sahraouis dans les prisons marocaines; et procédant de la ferme conviction d’un groupe d’associations et comités, travaillant dans le territoire du Sahara Occidental dans le domaine des droits de l’homme, que la lutte pour la libération des détenus politiques sahraouis est une partie intégrante de l’action des droits humains pour imposer le respect des droits de l’homme au Sahara occidental comme il est prévu dans les chartes et pactes internationaux et mettre une fin à la continuité des graves violations des droits de l’homme perpétrées par l’Etat marocain contre les citoyens sahraouis; une coordination pour appuyer la campagne internationale pour la libération de Brahim SABBAR et tous les prisonniers politiques sahraouis dans prisons marocaines a été créé.
Tout en annonçant cette nouvelle création, la coordination voudrait faire remarquer que l’adhésion est ouverte à tous les acteurs des droits humains, comités ou associations ou particuliers, à condition de respecter les objectifs de cette coordination, qui sont essentiellement:
- Agir pour la libération de tous les détenus politiques sahraouis dans les différentes prisons du Maroc en mettant en œuvre un programme d’action qui sera mis en place à cette fin
- Faire connaître la campagne internationale pour la libération de Brahim SABBAR et tous les prisonniers politiques sahraouis
- Faire connaître les détenus politiques sahraouis et leurs causes
- Faire connaître les conditions quotidiennes de leur détention
- Coordonner les efforts de tous les acteurs des droits humains dans le territoire du Sahara Occidental et au-delà dans le but de la libération des détenus politiques.
La coordination prendra en considération les diverses propositions qui pourraient enrichir son travail et contribuer à la réalisation des objectifs souhaités, à leur tête, la libération des détenus politiques sahraouis.
La coordination des associations et comités au Sahara Occidental pour l’Appui de la Campagne Internationale pour la Libération des Prisonniers Politiques Sahraouis, se compose de:
- Association Sahraouie des Victimes de Violations Graves des droits de l’homme Commises par l’État Marocain (ASVDH)
- Comité Sahraoui pour le soutien à l’autodétermination au Sahara occidental (CODAPSO)
- Comité de la protection des prisonniers sahraouis dans les prisons marocaines (CPPSPM)
- Comité d’Action Contre la Torture à Dakhla (CACT)
- Comité pour la défense des droits de l’homme à Smara (CDDDH)
- Comité de soutien au plan de résolution onusien et la protection les ressources naturelles au Sahara occidental (CSPRON)
- Comité des familles des détenus politiques sahraouis dans les prisons marocaines (CFPPS)
Coordination des comités et des Associations au Sahara occidental
Pour l’Appui de la Campagne Internationale pour la Libération de
Brahim SABBAR et tous les Prisonniers Politiques Sahraouis

Répression contre des stagiaires à El-Ayoune


Association Sahraouie
Des Victimes des Violations des Droits Humains
Commises par l’Etat Marocain
- A S V D H –
Lettre d’information
El-Ayoune – Sahara occidental
lundi 17 mars 2008

Répression contre des stagiaires à El-Ayoune

Les stagiaires de l’ OFPPT (Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail) à El-Ayoune, ont organisé, aujourd’hui lundi 17 mars 2008, devant le siège de l’établissement, vers 10 :00 GMT, un sit-in pour protester contre leur marginalisation et le refus des autorité marocaines à répondre à leurs revendications, précisément leur droit au travail. Le sit-in a été réprimé violement par la police marocaine et plusieurs victimes ont été conduites aux urgences de l’hôpital Belmehdi à El-Ayoune.
Ci-après une première liste des victimes :
- Mr. Ahmed SAIDI
- Mlle. Soukaina ELAKHDAR
- Mr. ALOUATE
- Mr. CHAMEKH
- Mlle. Saida LAKHLID
- Mr. Hassan ZAIAR
- Mr. Abdelwahed FAROUJI
- Mr. Mnsour ELALAWI
- Mr. Elwali LEKHFAWNI
- Mr. Hamdi TAWIF
- Mr. Elmokhtar ELMARKAZI
- Mr. Chakir BOUSHAB
- Mr. Hassan MHAIDI
- Mr. Khalil CHAIKHI
- Mr. Abdi ELJAMAAI


English

Sahrawi Association
of Victims of Grave Human Rights Violations
Committed by the Moroccan State
- A S H W -
Newsletter

El-Ayoune - Western Sahara
Monday, March 17, 2008

Crackdown on students at El-Ayoune

The trainees of the OFPPT (Office of professional Training and Promotion of Work) at El-Ayoune, organized today Monday, March 17, 2008, in front of the headquarters of the institution, at about 10: 00 GMT, a sit-in to protest against their marginalization and the refusal of the Moroccan authorities to meet their demands, specifically their right to work. The sit-in was violently repressed by the Moroccan police and several victims have been conducted to emergencies at the hospital Belmehdi in El-Ayoune.
The following is a first list of the victims:
- Mr. Ahmed SAIDI
- Miss. Soukaina ELAKHDAR
- Mr. ALOUATE
- Mr. CHAMEKH
- Miss. Saida LAKHLID
- Mr. Hassan ZAIAR
- Mr. Abdelwahed FAROUJI
- Mr. Mnsour ELALAWI
- Mr. Elwali LEKHFAWNI
- Mr. Hamdi TAWIF
- Mr. Elmokhtar ELMARKAZI
- Mr. Chakir BOUSHAB
- Mr. Hassan MHAIDI
- Mr. Khalil CHAIKHI
- Mr. Abdi ELJAMAAI

22ème jour




Comité de Suivi

Rapport quotidien sur l’état de santé des détenus politiques en grève illimité de la faim à la Prison Noire d’El-Ayoune

Rapport du vingt deuxième jour, 17 mars 2008

L’état de santé des détenus politiques sahraouis, dans les différentes prisons du Maroc, continue d’être source permanente de préoccupation, alors que plusieurs associations et comités sahraouis lancent des appels urgents pour sauver la vie des grévistes.
Aujourd’hui, lundi 17 mars 2008, Mr. Mohamed TAHLIL, Mr. Omar BELYAZID, Mr. Hamid BARKOUH, Mr. Abdallah ELBOUSSATI et Mr. Nafai SAH ont été transféré d’urgence à l’hôpital où ils ont passé quelques heures avant de les reconduire à la Prison Noire. En plus, Mr. Brahim SABBAR, Mr. Brahim SABBAR, Mr. Bachri BENTALEB, Mr. Mohamed Salem et Mr. Mohamed Lehbib ELGASMI sont toujours à l’hôpital depuis le 14 mars dans un état critique.
Nous rappelons que les détenus politiques sahraouis, à la Prison Noire d’El-Ayoune ont commencé une grève de la faim illimitée depuis le 25 février 2008, alors que Mr. Said ELBAILLAL poursuit une grève similaire, dans la prison locale de Salé, depuis le 20 février. En outre, les prisonniers politiques sahraouis, répartis dans les prisons marocaines de Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kénitra, ont entamé, lundi 10 mars 2008, une grève illimitée de la faim, réclamant l’amélioration leurs conditions de détention à l’intérieur de ces prisons, ainsi que leurs droits légitimes garantis par les conventions et traités internationaux, en tant que prisonniers d’opinion.


Monitoring Committee

Daily Report on the health status of political prisoners on unlimited hunger strike in the Black Prison in El-Ayoune

Report of the twenty second day, March 17, 2008

The health status of the Sahrawi political prisoners in the various prisons of Morocco continues to be source of anxiety, although a number of Sahrawi associations and committees launched urgent appeals to save the lives of the strikers.
Today, Monday, March 17, 2008, Mr. Mohamed TAHLIL, Mr. Omar BELYAZID, Mr. Hamid BARKOUH, Mr. And Mr. Abdallah ELBOUSSATI Nafai SAH were transferred rushed to hospital where they spent a few hours before they are taken back to the Black Prison. In addition, Mr. Brahim SABBAR, Mr. Brahim SABBAR, Mr. BENTALEB Bachri, Mr. And Mr. Mohamed Salem Mohamed Lehbib ELGASMI are still in the hospital since March 14 in critical condition.
We recall that Sahrawi political detainees, in the Black Prison in El-Ayoune began an unlimited hunger strike since Feb. 25, 2008, while Mr. Said ELBAILLAL is pursuing a similar strike in the local prison of Salé, since Feb. 20. In addition, the Saharawi political prisoners, divided on Moroccan prisons of Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kenitra, began, Monday, March 10, 2008, an unlimited hunger strike, demanding to improve their conditions of detention inside these prisons, as well as their legitimate rights guaranteed by international conventions and treaties, as prisoners of conscience
.

Grève de la faim des prisonniers politiques sahraouis


Comité de Suivi

Rapport quotidien sur l’état de santé des détenus politiques en grève illimité de la faim à la Prison Noire d’El-Ayoune

Rapport du vingt unième jour, 16 mars 2008

L’état de santé des détenus politiques sahraouis, dans les différentes prisons du Maroc, est toujours préoccupante, surtout que leurs revendications ne sont pas encore répondues. Plusieurs associations et comités sahraouis, en plus de la Coordinations des Associations et Comités Sahraouis d’Appui à la Campagne Internationale, ont lancé des appels pour que les détenus grévistes mette fin à leur grève dans le but de protéger leur santé.
Aujourd’hui, dimanche 16 mars 2008, les cas suivants ont été enregistré à la Prison Noire :
Mr. Mohamed TAHLIL, souffre de douleurs aigues aux reins
Mr. Cheikh BENALLAL, souffre de douleurs au dos
Mr. Bachir KHADA, souffre de douleurs aux reins
Mr. Mohamed BACHIRI, souffre de douleurs sur le côté gauche du thorax
Mr. Hassan DAH, soufre fatigue
Mr. Mouloud ELHAJAJ, souffre de difficultés de mouvement
Nous rappelons, par ailleurs, que le président du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH), Mr. Ahmed HAZANI, a rendu visite aux détenus politique sahraouis, dans la Prison Noire. Le président du CCDH s’est entretenu avec un comité des détenus politiques sahraouis qui se compose de, Mr. Brahim SABBAR, Mr. Ahmed Mahmoud HADDI et Mr. Bachri BENTALEB. Mr. HARZANI a affirmé aux détenus politiques sahraouis qu’il respecte leurs positions politiques qu’il ne partage pas mais il les a accusé de politiser leurs revendications sous le mot d’ordre ‘séparatisme’. Cependant aucune information sur le sort des revendications des détenus en grève de la faim n’a été déclarée.
Nous rappelons que les détenus politiques sahraouis, à la Prison Noire d’El-Ayoune ont commencé une grève de la faim illimitée depuis le 25 février 2008, alors que Mr. Said ELBAILLAL poursuit une grève similaire, dans la prison locale de Salé, depuis le 20 février. En outre, les prisonniers politiques sahraouis, répartis dans les prisons marocaines de Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kénitra, ont entamé, lundi 10 mars 2008, une grève illimitée de la faim, réclamant l’amélioration leurs conditions de détention à l’intérieur de ces prisons, ainsi que leurs droits légitimes garantis par les conventions et traités internationaux, en tant que prisonniers d’opinion.

Monitoring Committee

Daily Report on the health status of political prisoners on unlimited hunger strike in the Black Prison in El-Ayoune

Report of the twenty first day, March 16, 2008

The health status of Saharan political prisoners in the various prisons in Morocco, is still worrying, especially if their claims are not yet answered. Several Sahrawi associations and committees, in addition to the Coordinations Associations and Committees Saharans, have called for the detainees strikers put an end to their strike in order to protect their health.
Today, Sunday, March 16, 2008, the following cases were registered in the Black Prison:
Mr. Mohamed TAHLIL, suffers from acute kidney pain
Mr. Sheikh BENALLAL, suffers from back pain
Mr. Bachir KHADA, suffers from kidney pain
Mr. Mohamed BACHIRI, suffers from pain on the left side of the thorax
Mr. Hassan DHA, sulfur fatigue
Mr. Mouloud ELHAJAJ, suffers from difficulties in movement
We recall, meanwhile, that the president of the Consultative Council for Human Rights (CCDH), Mr. Ahmed HAZANI, visited the Saharawi political prisoners in the Black Prison. The president of CCHR met with a committee of Sahrawi political detainees which comprises, Mr. Brahim SABBAR, Mr. Ahmed Mahmoud HADDI and Mr. Bachri BENTALEB. Mr. HARZANI told the Sahrawi political detainees that he respects their political views which he did not share, but he accused them of politicizing their claims under the slogan 'separatism'. However no information about the fate of the claims of the detainees on hunger strike has been declared.
We recall that Sahrawi political detainees, in the Black Prison in El-Ayoune began an unlimited hunger strike since Feb. 25, 2008, while Mr. Said ELBAILLAL is pursuing a similar strike in the local prison of Salé, since Feb. 20. In addition, the Saharawi political prisoners, divided on Moroccan prisons of Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kenitra, began, Monday, March 10, 2008, an unlimited hunger strike, demanding to improve their conditions of detention inside these prisons, as well as their legitimate rights guaranteed by international conventions and treaties, as prisoners of conscience
.


20ème jour de grève de la faim

Comité de Suivi

Rapport quotidien sur l’état de santé des détenus politiques en grève illimité de la faim à la Prison Noire d’El-Ayoune

Rapport du vingtième jour, 15 mars 2008

L’état de santé des détenus politiques sahraouis, dans la prison Locale de Salé et la prison Noire d’El-Ayoune, est toujours préoccupante et exige une intervention rapide et en toute urgence, pour sauver la vie de ces détenus en grève de la faim illimitée. Dans ce contexte, un groupe d’associations françaises et activistes ont mis en œuvre un appel urgent qui sera adressé aux gouvernements français et marocain dans le but de libérer les détenus politiques sahraouis et cesser les violations des droits humains perpétrés par l’Etat marocain contre les citoyens sahraouis.
La Prison Noire – El-Ayoune :
Sept cas de détérioration dans l’état de santé des détenus politiques sahraouis, dans la Prison Noire à El-Ayoune, ont été enregistré aujourd’hui :
- Mr. Hassan DAH : douleurs à l’estomac
- Mr. Ghali ZOUGHAM : douleurs aux intestins
- Mr. Mouloud ELHAJAJ : vomissements
- Mr. Brahim SABBAR : transféré à l’hôpital en urgence dans un état critique
- Mr. Bachri BENTALEB : transféré à l’hôpital en urgence dans un état critique
- Mr. Mohamed Salem BAHAH : transféré à l’hôpital en urgence dans un état critique
- Mr. Mohamed Lehbib ELGASMI : transféré à l’hôpital en urgence dans un état critique
Les familles des détenus politiques sahraouis, qui se sont rendu à l’hôpital pour rendre visite à leurs enfants, ont été empêché d’entrer et l’hôpital est soumis à un encerclement des forces de police.
La Prison Locale – Ait Melloul :
Neuf cas d’état de santé détérioré, des détenus sahraouis dans la prison locale d’Ait Melloul, ont été enregistré aujourd’hui samedi 15 mars 2008. Il s’agit de Mr. Boujamaa DAOUDI, Mr. Brahim Elkhalil AMGHIMIMA, Mr. Hamadi ELKHOBEIZI, Mr. Sid Ahmed FATHI, Mr. Hassan ESSOURDI, Mr. Ahmed DAOUDI, Mr. Mohamed Ali EBASRAOUI, Mr. Alamin BADA, Mr. Khatra CHAKRAD.
La Prison Locale – TAROUDANT :
Mr. Elwali AMIDANE souffre d’étourdissements et aussi de la marginalisation du médecin et de la direction de la prison.
La Prison Locale – TIZNIT :
Trois cas de détérioration de la santé des détenus sahraouis, dans la prison locale de Tiznit. Il s’agit de Mr. Lahoucine JDAI, Mr. Hamdi LEBYED et Mr. Bachir NAJII.
La Prison Locale – KENITRA :
Le détenu sahraoui, Mr. Sale AMIDANE, est en coma.
Par ailleurs, le président du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH), Mr. Ahmed HAZANI, a rendu visite aux détenus politique sahraouis, dans la Prison Noire. Le président du CCDH s’est entretenu avec un comité des détenus politiques sahraouis qui se compose de, Mr. Brahim SABBAR, Mr. Ahmed Mahmoud HADDI et Mr. Bachri BENTALEB. Mr. HARZANI a affirmé aux détenus politiques sahraouis qu’il respecte leurs positions politiques qu’il ne partage pas mais il les a accusé de politiser leurs revendications sous le mot d’ordre ‘séparatisme’. Cependant aucune information sur le sort des revendications des détenus en grève de la faim n’a été déclarée.

Monitoring Committee

Daily Report on the health status of political prisoners on unlimited hunger strike in the Black Prison in El-Ayoune

Report of the twentieth day, March 15, 2008

The health of the Sahrawi political detainees in the Local Prison of Salé and the Black Prison of El-Ayoune is still worrying and requires a rapid and urgent intervention to save the lives of these prisoners on unlimited hunger strike. In this context, a group of French associations and activists have implemented an urgent appeal to be sent to French and Moroccan governments in order to liberate the Saharawi political prisoners and stop human rights violations perpetrated by the Moroccan State against Sahrawi citizens.
The Black Prison - El-Ayoune:
Seven cases of deterioration in the health status of the Saharawi political prisoners in the Black Prison in El-Ayoune, were recorded today:
- Mr. Hassan DAH: stomach pain
- Mr. Ghali ZOUGHAM: pain intestines
- Mr. Mouloud ELHAJAJ: vomiting
- Mr. Brahim SABBAR: transferred to the hospital emergency in critical condition
- Mr. Bachri BENTALEB: transferred to the hospital emergency in critical condition
- Mr. Mohamed Salem BAHAH: transferred to the hospital emergency in critical condition
- Mr. Mohamed Lehbib ELGASMI: transferred to the hospital emergency in critical condition
Relatives of Saharawi political prisoners, who went to the hospital to visit their children, have been prevented from entering the hospital which is subjected to a siege of the police force.
The Local Prison - Ait Melloul:
Nine cases of deteriorated health condition of Sahrawi detainees in the local prison of Ait Melloul, were recorded today Saturday, March 15, 2008. This is Mr. Boujamaa DAOUDI, Mr. Brahim Elkhalil AMGHIMIMA, Mr. Hamadi ELKHOBEIZI, Mr. Sid Ahmed FATHI, Mr. Hassan ESSOURDI, Mr. Ahmed DAOUDI, Mr. Mohamed Ali EBASRAOUI, Mr. Alamin BADA, Mr. Khatra CHAKRAD.
The Local Prison - TAROUDANT:
Mr. Elwali AMIDANE suffers from dizziness and the marginalization of the doctor and the prison administration.
The Local Prison - TIZNIT:
Three cases of health deterioration among Sahrawi prisoners, in the local prison of Tiznit, were registered. It is about Mr. Lahoucine JDAI, Mr. Mr. Hamdi and LEBYED Bachir NAJII.
The Local Prison - KENITRA:
The detainee Sahrawi, Mr. Sale AMIDANE, is in coma.Meanwhile, the president of the Consultative Council for Human Rights (CCDH), Mr. Ahmed HAZANI, visited the Saharawi political prisoners in the Black Prison. The president of CCHR met with a committee of Sahrawi political detainees which comprises, Mr. Brahim SABBAR, Mr. Ahmed Mahmoud HADDI and Mr. Bachri BENTALEB. Mr. HARZANI told the Sahrawi political detainees that he respects their political views which he did not share, but he accused them of politicizing their claims under the slogan 'separatism'. However no information about the fate of the claims of the detainees on hunger strike has been declared

LLAMAMIENTO URGENTE



Llamamiento Urgente/ la vida de un preso político saharaui en peligro

domingo, 16 de marzo de 2008
LLAMAMIENTO URGENTE

El comité de defensa del derecho del autodeterminación del pueblo saharaui advierte del peligro

El preso político saharaui, el activista de derechos humanos y miembro del comité de defensa del autodeterminación del pueblo saharaui, sigue en la cárcel civil en la ciudad marroquí (Salé), aguantando las terribles consecuencias de la huelga de hambre abierta desde el 20 de febrero pasado que repercute negativamente sobre su estado de salud que sigue empeorando día tras día, ya que sufre una parálisis de movimientos y continuos desmayos.
Así mismo alertamos sobre el estado del activista: Brahim Sabar, que se ha agravado lo que ha obligado a su traslado a un centro hospitalario, en un estado critico y preocupante, como es el caso de los demás presos en la Cárcel Negra de El Aaiun que prosiguen una huelga similar abierta, situación que afronta la dirección del centro penitenciario afronta con persistente desinterés hacia los legítimas reivindicaciones de los presos recogidas en todas las normas internacionales en materia de trato de presos, lo que advierte del peligro de una catástrofe humanitaria que peligra sus propias vidas, en la ausencia de una voluntad decidida por parte de la dirección de los centros, de abrir canales de diálogo con los presos que han sido encarcelados por manifestar sus opiniones en defensa del derecho de autodeterminación del pueblo saharaui.
El comité para la defensa del derecho de autodeterminación del pueblo saharaui que llama la atención sobre el peligrosidad de la situación hace un urgente e insistente llamamiento para todas las organizaciones de defensa de los derechos humanos y a las conciencias vivas, las fuerzas democráticas y al pueblo saharaui para defender los presos políticos en huelga de hambre para salvar sus vidas que peligran mediante la presión sobre el estado marroquí para que acceda a sus legitimas revendicaciones evitando así una inminente catástrofe humanitaria cuyas primeras consecuencias lassufre el preso político Said el Beil-lal.

EL PRESIDENTE SIDI MOHAMED DADACHEL AAIUN, 15 de marzo de 2008

19ème jour de grève de la faim


Comité de Suivi

Rapport quotidien sur l’état de santé des détenus politiques en grève illimité de la faim à la Prison Noire d’El-Ayoune

Rapport du dix-neuvième jour, 14 mars 2008

L’état de santé des détenus politiques sahraouis, dans la prison Locale de Salé et la prison Noire d’El-Ayoune, est toujours préoccupante et exige une intervention rapide et en toute urgence, pour sauver la vie de ces détenus en grève de la faim illimitée. Dans ce contexte, un groupe d’associations françaises et activistes ont mis en œuvre un appel urgent qui sera adressé aux gouvernements français et marocain dans le but de libérer les détenus politiques sahraouis et cesser les violations des droits humains perpétrés par l’Etat marocain contre les citoyens sahraouis.
L’état de santé des détenus politiques sahraouis, dans la prison Noire, est très préoccupant. La fatigue, la perte de conscience et d’autres souffrances sont des symptômes marquant le dix-septième jour de la grève de la faim.
Ainsi, Mr. Mohamed Salem BAHAHA souffre de douleurs aigues au niveau de la tête, Mr. Mohamed BACHIRI souffre de douleurs aigues au niveau du côté gauche du thorax, Mr. Omar BELYAZID souffre de douleurs aigues à l’estomac et aux intestins, Mr. Cheikh BENALLAL souffre de douleurs au dos et articulation, Mr. Mohamed Lehbib ELGASMI souffre de douleur à l’estomac, Mr. Ahmed Salem AHMEIDAT souffre de vomissements, Mr. Mouloud BARKOUH souffre de douleurs aigue au côté gauche de son thorax, Mr. Bachir KHADDA soufre de vomissements. A la prison locale de Kénitra, le détenu sahraoui, Mr. Saleh AMIDANE souffre de problèmes de respiration. Et à la prison locale de Tiznit, le détenu sahraoui, Mr. Ali TAMEK souffre de problèmes à l’estomac, le détenu sahraoui, Mr. Lahoucine JDAI souffre de douleurs au niveau des reins, et le détenu sahraoui, Mr. Yahia IAAZZA souffre de douleurs aux reins et au cœur.
En outre, l’état de santé de Mr. Said ELBAILLAL, qui ne peut plus ni marcher ni parler, est sérieusement préoccupant. Ce détenus politique sahraoui souffre de perte de conscience, augmentation des battements cardiaques, la diminution la pression artérielle, perte de sommeil, l'inflammation du rein, diarrhées. L’ASVDH, vient de lancer un appel urgent à Mr. ELBAILLAL dans le but de le convaincre de finir sa grève de la faim et protéger sa vie qui est en danger, surtout devant l’insouciance de la direction de la prison.
Nous rappelons que les détenus politiques sahraouis, à la Prison Noire d’El-Ayoune ont commencé une grève de la faim illimitée depuis le 25 février 2008, alors que Mr. Said ELBAILLAL poursuit une grève similaire, dans la prison locale de Salé, depuis le 20 février. En outre, les prisonniers politiques sahraouis, répartis dans les prisons marocaines de Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kénitra, ont entamé, lundi 10 mars 2008, une grève illimitée de la faim, réclamant l’amélioration leurs conditions de détention à l’intérieur de ces prisons, ainsi que leurs droits légitimes garantis par les conventions et traités internationaux, en tant que prisonniers d’opinion.


Monitoring Committee

Daily Report on the health status of political prisoners on unlimited hunger strike in the Black Prison in El-Ayoune

Report of the nineteenth day, March 14, 2008

The health of the Sahrawi political detainees in the Local Prison of Salé and the Black Prison of El-Ayoune is still worrying and requires a rapid and urgent intervention to save the lives of these prisoners on unlimited hunger strike. In this context, a group of French associations and activists have implemented an urgent appeal to be sent to French and Moroccan governments in order to liberate the Saharawi political prisoners and stop human rights violations perpetrated by the Moroccan State against Sahrawi citizens.
The health of the Sahrawi political detainees in the Black Prison is extremely worrying. Fatigue, loss of consciousness and other pains are symptoms marking the seventeenth day of the hunger strike.
Thus, Mr. Mohamed Salem BAHAHA suffers from acute pain in his head, Mr. Mohamed BACHIRI suffers from acute pain in the left side of the chest, Mr. Omar BELYAZID suffers from acute pain in the stomach and intestines, Mr. Sheikh BENALLAL suffers from pain in his back and articulation, Mr. Mohamed Lehbib ELGASMI suffers from stomach pain, Mr. Ahmed Salem AHMEIDAT suffers from vomiting, Mr. Mouloud BARKOUH suffers from acute pain on the left side of his chest, Mr. Bachir KHADDA suffers from vomiting. At the local prison of Kenitra, the Saharawi prisoner, Mr. Saleh AMIDANE suffers from breathing problems. And at the local prison of Tiznit, the detained Sahrawi, Mr. TAMEK Ali suffers from stomach problems, the Saharawi prisoner, Mr. Lahoucine JDAI suffers from pain in the kidneys, and the Saharawi prisoner, Mr. Yahia IAAZZA suffers from pains in the kidneys and heart.
In addition, the state of health of Mr. Said ELBAILLAL, who can neither walk nor talk, is seriously worrying. The Saharawi political prisoner suffer from loss of consciousness, increased heartbeat, and decreased blood pressure, loss of sleep, inflammation of the kidneys, diarrhoea. The ASVDH has launched an urgent appeal to Mr. ELBAILLAL in an effort to convince him to end his hunger strike and to protect his life which is in danger, especially in front of the recklessness of the prison administration.
We recall that Sahrawi political detainees, in the Black Prison in El-Ayoune began an unlimited hunger strike since Feb. 25, 2008, while Mr. Said ELBAILLAL is pursuing a similar strike in the local prison of Salé, since Feb. 20. In addition, the Saharawi political prisoners, divided on Moroccan prisons of Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kenitra, began, Monday, March 10, 2008, an unlimited hunger strike, demanding to improve their conditions of detention inside these prisons, as well as their legitimate rights guaranteed by international conventions and treaties, as prisoners of conscience.

Communiqué Union des Juristes Sahraouis(UJS)


A l’occasion de la 7eme session du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, nous avons l’honneur d’exposer à l’opinion public « CRIME EN SILENCE », tel est le titre éloquent du livre qui vient d’être publié par l’Union des Juristes Sahraouis(UJS), et qui dévoile la persistance des violations des droits de l’homme aux territoires occupés du Sahara Occidental qui connaissent ces derniers temps un renforcement sans précédent.Au moment où la liberté d’expression, socle de la dignité humaine, est un droit élémentaire de la vie sociale et culturelle, Le Maroc, pays qui occupe illégalement le Sahara Occidental depuis plus de 32 ans, interdit la distribution des livres, les publications mais bloque aussi les site Web qui soutiennent ou revendiquent l’autodétermination et l’indépendance du peuple sahraoui.Ce livre inédit s’appuie sur les témoignages des défenseurs sahraouis des droits humains, le mouvement syndicaliste et les étudiants qui constituent pour le régime marocain des cibles privilégiées. Le livre informe également sur la situation inhumaine des prisonniers politiques sahraouis et relate leur vie au quotidien, eux qui ont payé, parfois de leur vie, la répression systématique. A l’heure qu’il est, plusieurs d’entre eux croupissent dans les geôles marocaines, les plus chanceux vivent avec des séquelles et des maladies contractées dans les divers centres secrets du Maroc, d’autres, les plus nombreux ont disparu. Il faut signaler que la disparition forcée est un phénomène qui prend de l’ampleur au Sahara Occidental et que, depuis les manifestations pacifiques déclenchées dans tout le territoire sahraoui depuis mai 2005, les violations des droits humains ont pris un caractère institutionnalisé. On dénombre, toujours, des centaines de disparus, tous âges confondus, dont les parents ne connaissent absolument rien de leur sort et ce, depuis plus de 30 ans.La torture, sous toutes ses formes, les persécutions, de toutes sortes, la discrimination, les disparitions forcées, les restrictions draconiennes du droit à la liberté d’expression, d’association, de réunion, la gamme des techniques répressives marocaines qui ne connaît pas de limite, et que la presse occidentale passe, malheureusement sous silence, bref l’autre visage du Maroc est décrit avec force détails dans « Crime en silence ». La répression marocaine contre les civils sahraouis est alors globale et atroce. Malgré cette répression barbare pratiquée par les autorités marocaines, le peuple sahraoui continue de mener une résistance pacifique. Dans les annales de la lutte des peuples pour exiger le respect de leurs droits légitimes à l’autodétermination et à l’indépendance, la population civile sahraouie fait l’exception. Elle n'a jamais eu recours aux actions violentes ou à caractère terroriste ni contre les autorités marocaines ni contre les civils marocains résidants au territoire du Sahara Occidental. Elle a toujours préféré compter sur la légalité internationale et sur le soutien de la communauté internationale pour faire exiger le respect de ses droits légitimes. C'est une population civile qui a choisi une lutte PROPRE. Elle est porteuse d'un message de PAIX.Préoccupé par la situation alarmante des droits de l’homme aux territoires occupés du Sahara Occidental, l’Union des Juristes Sahraouis (UJS), interpelle et sollicite l’intervention personnelle et ferme, auprès des autorités marocaines, de Son Excellence le Secrétaire Général de l’ONU pour :• Libérer immédiatement et inconditionnellement tous les détenus politiques sahraouis, • Juger les responsables sécuritaires marocains reconnus coupables des mauvais traitements et tortures infligés aux détenus politiques sahraouis et les civils sahraouis,• Coopérer avec le Rapporteur Spécial de l’ONU sur les disparitions forcées et involontaires et établir la vérité sur le sort de plus de 500 disparus sahraouis répertoriés par les organisations internationales des droits de l’homme,• Résoudre définitivement le dossier des dangers des mines antipersonnel,• Lever le quadrillage militaire, sécuritaire et médiatique imposé aux territoires occupés du Sahara Occidental depuis le 31 octobre 1975, • Mettre fin aux pillages et l’exploitation illégale des ressources minières et halieutiques du territoire du Sahara Occidental,• Respecter les droits de l’homme aux territoires occupés du Sahara Occidental,• l’élargissement des compétences de la Mission des Nations Unies pour le Référendum au Sahara Occidental (MINURSO) au volet des droits de l’homme et la présentation périodique par cette dernière ; devant le Conseil de Sécurité ; d'un rapport sur la situation des droits de l'homme dans les territoires occupés du Sahara Occidental.Genève le 12/03/2008

Promotion et protection de tous les droits de l’homme




7ème Session du Conseil des Droits de l’homme
03-28 mars 2008 à Genève.

Point 3 : Promotion et protection de tous les droits de l’homme

13 mars 2008-03-13

Orateur : Oretta Bandettini di Poggio


Monsieur le Président

La promotion et la protection des droits de l’homme constituent une obligation des gouvernements vis-à-vis de tout peuple et individu. Lors de la séance d’ouverture et dans les travaux de ces derniers jours des éminents orateurs ont souligné le rôle bien important que jouent les défenseurs des droits de l’homme et les menaces qui pèsent constamment sur eux.

Les droits des défenseurs à la liberté d’expression, d’association et de réunion sont bafoués. Ils sont constamment harcelés, poursuivis, arrêtés, soumis à des procès farce se basant sur des déclarations initiales peu croyables qui mènent à des condamnations à de lourdes peines disproportionnées par rapport aux infractions qui leur sont imputées. Les conditions de leur détention violent gravement les principes établis dans l’ensemble des règles minima pour le traitement des détenus de même que les engagements contenus dans des Principes fondamentaux relatifs au traitement des détenus et les obligations énoncées dans l’articles 14 du Pacte relatif aux droits civils et politiques. Très souvent ceux qui sont enfin libérés souffrent de graves séquelles pour le reste de leurs jours.

Voilà un vaste éventail de violations qui frappe cette catégorie, et notamment les défenseurs des droits de l’homme sahraouis dans les zones occupées du Sahara Occidental.

Monsieur le Président,

Observatrice depuis longtemps de la situation dans cette région, la Ligue internationale pour les droits et la libération des peuples (LIDLIP) veut exprimer sa profonde préoccupation pour le sort des défenseurs des droits de l’homme sahraouis dont des représentants ont été condamnés début mars à des lourdes peines par des tribunaux marocains. Tel est le cas de Said Beilal, El Hafed Toubali, Mouloud Barkouh sans oublier Brahim Sabbar qui croupit depuis des années dans l’un des centres secrets marocains.

Par ailleurs, le rapport du Président de l’Union des juristes sahraouis mentionne les chiffres suivants : 526 prisonniers politiques, 151 prisonniers de guerre, outre des des cas non résolus de disparition, des fortes restrictions à la liberté d’expression, d’association et de réunion qui frappent les défenseurs sahraouis.

Madame Hina Jilani, Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour les défenseurs des droits de l’homme fait état dans son rapport (A/HRC/7/28 Add.1) de plusieurs appels urgents et lettres d’allégation envoyés au gouvernement du Maroc conjointement avec le Rapporteur Spécial sur la liberté d’expression (A/HRC/7/14/Add.1) et qui sont par ailleurs contenus aussi dans le document du Rapporteur Spécial sur la Torture (A/HCR/7/3/Add.1).

Par ailleurs Madame Jilani a regretté, qu’au moment de la finalisation du rapport, il n y a pas eu d’explication quant à ses communications du 23 mai 2007, du 21 août 2007, du 30 août 2007, du 12 novembre 2007 et du 30 novembre 2007. Réitérant le besoin de dissiper les craintes exprimées dans les allégations, elle conclut et je cite :

« La Représentante spéciale reste notamment préoccupée par le sort des défenseurs des droits de l’homme opérant au Sahara Occidental et presse le gouvernement du maroc de respecter leurs activités »

Ces réalités rendent indispensables une stratégie d’ensemble pour la défense et la mise en œuvre des droits de l’homme au Sahara Occidental, ce qui serait certes facilité par la publication, et il n’en est que temps, aujourd’hui en 2008, du rapport de la Haut Commissaire pour les droits de l’homme qui fait suite à sa mission dans la région en 2006.

Par conséquent, la Ligue internationale pour les droits et la libération des peuples (LIDLIP) demande que le Conseil se saisisse de nouveau de la question du Sahara Occidental, qu’il œuvre pour la réalisation du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui et décide d’une nouvelle mission dans les territoires occupés du Sahara Occidental.

Je vous remercie Monsieur le Président.

7ème Session du Conseil des Droits de l’homme



7ème Session du Conseil des Droits de l’homme
de l’homme 03-28 mars 2008 Genève


3ème point : Promotion et protection de tous les droits de l'homme
Libertés d’opinion et d’expression.

12 mars 2008

Orateur: Gianfranco Fattorini

Monsieur le Président,

Nous partageons l’avis exprimé par le Rapporteur spécial, M. Ligabo, lorsqu’il affirme que “The right to freedom of opinion and expression, and related rights of freedom of association and assembly, are fundamental human right with far-reaching consequences for the enjoyment of all other rights” (A/HRC/7/14-67)

Monsieur le Président,

Dans le territoire non autonome du Sahara Occidental, dernière pièce du puzzle de la décolonisation en terre d’Afrique, les violations systématiques du droit à la liberté d’opinion et d’expression ont été largement rapportées. Au fil du temps et jusqu’au mois dernier, de nombreux parlementaires, syndicalistes, juristes, journalistes et défenseur des droits humains de plusieurs pays ont apporté leurs témoignages.

Aujourd’hui, nous sommes contraint de porter à l’attention du Rapporteur spécial une situation bien délicate. En effet, différentes sources concordantes voudraient que le bureau du haut Commissariat lui-même subisse des pressions afin qu’il ne divulgue pas officiellement un rapport de mission qui est déjà du domaine public puisqu’il est reproduit in extenso sur internet. La mission a eu lieu en mai et juin 2006, le rapport porte la date du 08 septembre 2006.

Dans la première des conclusions de ce rapport on peut y lire que « …the right to self- determination for the people of Western Sahara must be ensured and implemented without any further delay. As underlined above, the delegation concludes that almost all human rights violations and concerns with regard to the people of Western Sahara, whether under the de facto authority of the Government of Morocco or the Frente Polisario, stem from the non-implementation of this fundamental human right”

Monsieur le Président,

Une fois n’est pas coutume, le MRAP concorde avec l’opinion exprimée par le gouvernement français. La Secrlétaire d’Etat, Mme Rama Yade a affirmé la semaine dernière devant le Conseil que “la liberté de pensée et d’expression est une valeur essentielle. Hélas elle peut être une des cibles des régimes autoritaires... il en va de même pour son corollaire, la liberté d’information “. Mme Yade a raison : ne trahissons pas ceux qui se battent avec courage, ne revenons pas en arrière, jamais.

Le Royaume du Maroc s’est montré particulièrement actif dans la phase de mise en place du Conseil des droits de l’homme et il se montre très actif dans la promotion des droits humains par l’organisation de séminaires divers sur son territoire. Nous voulons prendre le pari que le Royaume du Maroc, engagé de bonne foi dans le processus de négociations de Manhasset, s’unira à nous pour demander la publication officielle du rapport de la Mission du haut Commissariat au Sahara Occidental et aux Campements de réfugiés sahraouis.

Monsieur le Président,

Nous n’allons pas demander au Rapporteur spécial sur la liberté d’opinion et d’expression de se pencher sur ce cas fort particulier, mais il est vrai que le Haut Commissariat doit garder son indépendance par rapport au Conseil, à plus forte raison il doit la garder vis-à-vis des Etats.

Le Conseil doit garantir la liberté d’expression du Haut Commissariat. Nous estimons qu’il appartiendra, le cas échéant, au Conseil des droits de l’homme de demander la publication officielle de ce rapport de Mission.

Je vous remercie Monsieur le Président.

mercredi, mars 12, 2008

Conseil des Droits de l'homme de l'ONU


En marge de la 7ème Session du Conseil des droits de l’homme, dont les travaux se poursuivent à Genève, le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) a organisé, le 12 mars 2008, au Palais des Nations un événement parallèle sous le titre “Sahara Occidental :
Le référendum d’autodétermination, unique solution pour le règlement définitif du conflit”.

MM Christian Viret, Président du Bureau international pour le respect des droits de l’homme au Sahara Occidental, Patrick Herzig, membre de la ligue suisse des droits de l’homme, Abdeslam Omar, Président de l’AFAPREDESA et Mme Oreta Bandettini Di Pogio, de la LIDLIP (Ligue Internationale pour les Droits et la Libération des Peuples) ont brossé un tableau de la situation dans les territoires occupés du Sahara Occidental en mettant l’accent particulièrement sur la responsabilité, pleine et entière, de l’ONU par rapport au déni de droit dont est victime le peuple sahraoui, seul peuple d’Afrique qui attend que justice lui soit rendue à travers l’organisation d’un référendum d’autodétermination juste et démocratique.

Abordant le volet des droits de l’homme, M. Christian Viret a souligné que le manque de détermination concrète de la part des Nations Unies pour faire respecter ses résolutions, motamment un référendum d’autodétermination libre et juste qui doit mettre fin au conflit du Sahara Occidental, permet aujourd’hui au pays colonisateur d’intensifier ses intimidations et de continuer à pratiquer la disparition, la torture et l’emprisonnement de très noombreux sahraouis.

Lui emboitant le pas, Mme Oreta Bandettini a relevé, tout au long de son long exposé que le référendum d’autodétermination pour le peuple sahraoui demeure le moyen le plus approprié pour le règlement juste et définitif du conflit, et qu’en dehors de celui-ci toute autre tentative serait irrémédiablement vouée à l’échec puisqu’elle représenterait une violation flagrante de la charte et de la doctrine des Nations Unies en matière de décolonisation.

M. Patrick Herzig, qui a, à plusieurs reprises couvert des procès à El Aiun, au Sahara Occidental a relevé, tout au long de son intervention, que les défenseurs sahraouis des droits humains sont souvent incarcérés au terme de procès douteux et entachés d’irrégularité. Il ressort des verdicts de la chambre correctionnelle que la plupart d’entre eux sont harcelés, accusés à tort et peuvent même encourir la peine capitale a poursuivi M. Herzig qui a tenu à souligner que l’examen prochain du Maroc dans le cadre de l’UPR constitue une très bonne occasion pour faire davantage de pressions sur ce pays afin qu’il respecte les droits des populations sahraouies et les textes internationaux des droits de l’homme.

Pour sa part, M. Abdeslam Omar, Président de l’AFAPREDESA a axé son intervention sur la situation insoutenable des prisonniers politiques sahraouis d’ou la nécessité d’élargir, au plus vite, les prérogatives de la MINURSO à la protection des civils sahraouis et à ouvrir le territoire sahraouis aux observateurs étrangers afin de renseigner sur la tragédie des sahraouis dans les zones occupées, soumis à un état de siège permanent depuis l’occupation militaire du Sahara Occidental en 1975.

A signaler que cet événement parallèle est co-sponsorisé par les organisations suivantes:

France-Libertés – Fondation Danielle Mitterrand, Le Mouvement International des Jeunes et des Etudiants pour les Nations Unies (ISMUN), Women International League For Peace and Freedom (WILPF), La Ligue Internationale pour les Droits et la Libération des Peuples (LIDLIP), International Education Development, Interfaith International (II), L’ Union Internationale de la Jeunesse Socialiste (IUSY) et La Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique (WIFDY).

Rapport quotidien sur l’état de santé des détenus politiques en grève illimité de la faim à la Prison Noire d’El-Ayoune

Comité de Suivi

Rapport quotidien sur l’état de santé des détenus politiques en grève illimité de la faim à la Prison Noire d’El-Ayoune

Rapport du dix-septième jour, 12 mars 2008

L’état de santé des détenus politiques sahraouis, dans la prison Locale de Salé et la prison Noire d’El-Ayoune, est toujours préoccupante et exige une intervention rapide et en toute urgence, pour sauver la vie de ces détenus en grève de la faim illimitée. Dans ce contexte, un groupe d’associations françaises et activistes ont mis en œuvre un appel urgent qui sera adressé aux gouvernements français et marocain dans le but de libérer les détenus politiques sahraouis et cesser les violations des droits humains perpétrés par l’Etat marocain contre les citoyens sahraouis.
L’état de santé des détenus politiques sahraouis, dans la prison Noire, est très préoccupant. La fatigue, la perte de conscience et d’autres souffrances sont des symptômes marquant le dix-septième jour de la grève de la faim.
En outre, l’état de santé de Mr. Said ELBAILLAL, qui ne peut plus ni marcher ni parler, est sérieusement préoccupant. Ce détenus politique sahraoui souffre de perte de conscience, augmentation des battements cardiaques, la diminution la pression artérielle, perte de sommeil, l'inflammation du rein, diarrhées. L’ASVDH, vient de lancer un appel urgent à Mr. ELBAILLAL dans le but de le convaincre de finir sa grève de la faim et protéger sa vie qui est en danger, surtout devant l’insouciance de la direction de la prison.
Nous rappelons que les détenus politiques sahraouis, à la Prison Noire d’El-Ayoune ont commencé une grève de la faim illimitée depuis le 25 février 2008, alors que Mr. Said ELBAILLAL poursuit une grève similaire, dans la prison locale de Salé, depuis le 20 février. En outre, les prisonniers politiques sahraouis, répartis dans les prisons marocaines de Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kénitra, ont entamé, lundi 10 mars 2008, une grève illimitée de la faim, réclamant l’amélioration leurs conditions de détention à l’intérieur de ces prisons, ainsi que leurs droits légitimes garantis par les conventions et traités internationaux, en tant que prisonniers d’opinion.

Monitoring Committee

Daily Report on the health status of political prisoners on unlimited hunger strike in the Black Prison in El-Ayoune

Report of the seventeenth day, March 12, 2008

The health of the Sahrawi political detainees in the Local Prison of Salé and the Black Prison of El-Ayoune is still worrying and requires a rapid and urgent intervention to save the lives of these prisoners on unlimited hunger strike. In this context, a group of French associations and activists have implemented an urgent appeal to be sent to French and Moroccan governments in order to liberate the Saharawi political prisoners and stop human rights violations perpetrated by the Moroccan State against Sahrawi citizens.
The health of the Sahrawi political detainees in the Black Prison is extremely worrying. Fatigue, loss of consciousness and other pains are symptoms marking the seventeenth day of the hunger strike.
In addition, the state of health of Mr. Said ELBAILLAL, who can neither walk nor talk, is seriously worrying. The Saharawi political prisoner suffer from loss of consciousness, increased heartbeat, and decreased blood pressure, loss of sleep, inflammation of the kidneys, diarrhoea. The ASVDH has launched an urgent appeal to Mr. ELBAILLAL in an effort to convince him to end his hunger strike and to protect his life which is in danger, especially in front of the recklessness of the prison administration.
We recall that Sahrawi political detainees, in the Black Prison in El-Ayoune began an unlimited hunger strike since Feb. 25, 2008, while Mr. Said ELBAILLAL is pursuing a similar strike in the local prison of Salé, since Feb. 20. In addition, the Saharawi political prisoners, divided on Moroccan prisons of Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kenitra, began, Monday, March 10, 2008, an unlimited hunger strike, demanding to improve their conditions of detention inside these prisons, as well as their legitimate rights guaranteed by international conventions and treaties, as prisoners of conscience.

16ème jour de grève de la faim

Comité de Suivi

Rapport quotidien sur l’état de santé des détenus politiques en grève illimité de la faim à la Prison Noire d’El-Ayoune

Rapport du seizième jour, 11 mars 2008

L’état de santé des détenus politiques sahraouis, dans la prison Locale de Salé et la prison Noire d’El-Ayoune, exige une intervention rapide et en toute urgence, pour sauver la vie de ces détenus en grève de la faim illimitée. Les dernières nouvelles disent que Mr. Said ELBAILLAL ne peut plus marcher et souffre des douleurs aigues au niveau de ses reins. L’ASVDH, vient de lancer un appel urgent à Mr. ELBAILLAL dans le but de le convaincre de finir sa grève de la faim et protéger sa vie qui est en danger, surtout devant l’insouciance de la direction de la prison.
Quand aux détenus politiques sahraouis, dans la prison Noire, leur état est aussi alarmant que celui de Mr. ELBAILLAL. Les trois détenus politiques, Mr. Elhafed TOUBALI, Mr. Bachri BENTALEB et Mr. Omar BELYAZID, qui étaient à l’hôpital, son ramenés à la Prison Noire, avant même que leur état de santé ne s’améliore. De même, Mr. Brahim SABBAR ne peut plus marcher qu’à laide d’une béquille à cause de la fatigue et la tension.
Nous rappelons que les détenus politiques sahraouis, à la Prison Noire d’El-Ayoune ont commencé une grève de la faim illimitée depuis le 25 février 2008, alors que Mr. Said ELBAILLAL poursuit une grève similaire, dans la prison locale de Salé, depuis le 20 février. En outre, les prisonniers politiques sahraouis, répartis dans les prisons marocaines de Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kénitra, ont entamé, lundi 10 mars 2008, une grève illimitée de la faim, réclamant l’amélioration leurs conditions de détention à l’intérieur de ces prisons, ainsi que leurs droits légitimes garantis par les conventions et traités internationaux, en tant que prisonniers d’opinion.

Monitoring Committee

Daily Report on the health status of political prisoners on unlimited hunger strike in the Black Prison in El-Ayoune

Report of the sixteenth day, March 11, 2008

The health of the Sahrawi political detainees in the Local Prison of Salé and the Black Prison in El-Ayoune requires a rapid and urgent intervention to save the lives of these prisoners on unlimited hunger strike. The latest news show that Mr. Said ELBAILLAL can no longer walk and is suffering from acute pain in his kidneys. The ASVDH has launched an urgent appeal to Mr. ELBAILLAL in an effort to convince him to end his hunger strike and to protect his life in danger, especially in front of the recklessness of the prison administration.
Concerning Sahrawi political detainees in the Black Prison, their condition is also alarming as Mr. ELBAILLAL’s. The three political prisoners, Mr. Elhafed TOUBALI, Mr. Bachri BENTALEB and Mr. Omar BELYAZID, who were in the hospital, were taken back to the Black Prison, even before their health improves. Similarly, Mr. Brahim SABBAR can no longer walk without a crutch Due to fatigue and tension.
We recall that Sahrawi political detainees, in the Black Prison in El-Ayoune began an unlimited hunger strike since Feb. 25, 2008, while Mr. Said ELBAILLAL is pursuing a similar strike in the local prison of Salé, since Feb. 20. In addition, the Saharawi political prisoners, divided on Moroccan prisons of Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kenitra, began, Monday, March 10, 2008, an unlimited hunger strike, demanding to improve their conditions of detention inside these prisons, as well as their legitimate rights guaranteed by international conventions and treaties, as prisoners of conscience.

Appel Urgent pour Mr. Said ELBAILLAL


Association Sahraouie
Des Victimes des Violations des Droits Humains
Commises par l’Etat Marocain
- A S V D H –
El-Ayoune, le 11 mars 2008

Appel Urgent

Le détenu politique sahraoui, Mr. Said ELBAILLAL, étudiants sahraoui et membre de l’ASVDH et de CODAPSO, mène une grève de la faim illimitée depuis le 20 février 2008, dans la prison locale de Salé, pour revendiquer ses droits légitimes garantis par les conventions et traités internationaux, en tant que détenu d’opinion. L’état de santé de Mr. ELBAILAL devient de plus en plus critique, surtout devant l’insouciance de la direction de la prison. Selon la famille de Mr. ELBAILLAL, ce dernier n’arrive plus à marcher ni à aller aux toilettes, en plus de la souffrance de plusieurs répercussions de la grève de la faim. Cette dégradation de l’état de santé de Mr. ELBAILLAL aggrave sa situation et met sa vie en danger.
Prenant en considération son état actuel de santé et des dangers que MR. ALBAILAL risque, et devant la persistance de la direction de la prison locale de Salé à ignorer ses droits légitimes, nous demandons vivement, à Mr. ELBAILLAL, de mettre fin à sa grève de la faim illimitée, à fin de sauver sa vie, tout en précisant que nous nous solidarisons avec lui et le soutenons dans sa lutte pour ses droits légitimes.
Nous rappelons, également, que Mr. ELBAILLAL, a été victime d’une agression raciste, lors de son jugement en appel, le jeudi 6 mars 2008. Mr. ELBAILLAL, qui scandait des slogans en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui, a été attaqué par des avocats marocains qui se trouvaient dans la salle d’audience. Pire encore, le président de la cour a dit à Mr. ELBAILLAL, «va mourir », quand se dernier avait répondu qu’il ne pouvait pas se tenir debout à cause d la grève de la faim.
Nous rappelons aussi, que les détenus politiques sahraouis, dans les différentes prisons du Maroc, mènent une grève de la faim illimitée. Les détenus politiques sahraouis, dans la Prison Noire, sont dans leur seizième jour, leur état de santé est très préoccupant, et trois d’entre eux se trouvent toujours à l’hôpital d’El-Ayoune.

Bureau exécutif
Signature : Vice Présidente
Mme. Elghalia DJIMI


The Sahrawi Association
of Victims of Grave Human Rights Violations
Committed by the Moroccan State
-- A S V D H --
El-Ayoune, March 11, 2008
Urgent Appeal

The Saharawi political prisoner, Mr. Said ELBAILLAL, Saharawi student and a member of the ASVDH and CODAPSO, leads an unlimited hunger strike since February 20, 2008, in the local prison of Salé, to claim his legitimate rights guaranteed by international conventions and treaties, as of conscience. The state of health of Mr. ELBAILAL is becoming increasingly critical, especially before the insouciance of the prison administration. According to the family of Mr. ELBAILLAL, the latter is unable to walk or go to the toilet, in addition to suffering from several effects of hunger strike. This deterioration in the state of health of Mr. ELBAILLAL aggravates the situation and puts his life in danger.
Taking into account his current state of health and the dangers that MR. ALBAILAL risks, and at the persistence of the administration of the local prison of Salé to ignore his legitimate rights, we urge, Mr. ELBAILLAL, to end his unlimited hunger strike, in the aim of saving his life, while making clear that we support him and support him in is struggle for his legitimate rights.
We recall, too, that Mr. ELBAILLAL was victim of a racist attack, in his appeal, on Thursday, March 6, 2008. Mr. ELBAILLAL, who was chanting slogans in favour of self-determination for the Saharawi people, was attacked by some Moroccans lawyers who were in the courtroom. Worse, the president of the court told Mr. ELBAILLAL, "go to death", when he had replied that he could not stand because of the hunger strike.
We also recall that the Saharawi political prisoners in various prisons in Morocco lead an unlimited hunger strike. The Saharawi political prisoners in the Black Prison are in their sixteenth day, their state of health is very worrying, and three of them are still in hospital of El-Ayoune.

Executive Office
Signature: Vice President
Ms. Elghalia DJIMI

mardi, mars 11, 2008

7ème Session du Conseil des Droits de l’homme de l'ONU


Genève, le 10 mars 2008

3ème point de l'ordre du jour : Promotion et protection de tous les droits de l'homme, civils politiques, économiques, sociaux et culturels y compris le droit au développement.

Orateur: Abdeslam Omar


Monsieur le Président,

Interfaith International salue les efforts du Conseil des Droits de l’Homme dans la promotion et la protection de tous les droits de l'homme, civils politiques, économiques, sociaux et culturels y compris le droit au développement. Si des progrès ont été réalisés dans le passé, force est de constater que dans de nombreuses régions la pratique de la détention arbitraire, de la torture et des disparitions sont encore malheureusement très fréquentes.

Interfaith International est très préoccupée par la situation des populations civiles sahraouies sous occupation marocaine. En effet, la pratique de la détention arbitraire est assez fréquente.

C’est notamment le cas des dizaines de prisonniers politiques sahraouis qui croupissent dans les geôles marocaines parmi lesquels Brahim Sabbar, Secrétaire Général de l’ASVDH.

Ce défenseur des Droits Humains est resté près de 10 ans disparu, sans charge à son encontre, ni aucun jugement, dans différents centres secrets marocains. Actuellement il est emprisonné pour ses activités de défense des droits de l’homme et mène avec tous les détenus politiques sahraouis une grève de faim illimitée pour protester contre les conditions cruelles et dégradantes auxquelles ils sont soumis dans différentes prisons marocaines.

La détention arbitraire est encore d’actualité au Sahara Occidental. L’un des derniers exemples en est le cas de Said El Baillal, activiste, arrêté á Smara en décembre 2007 et iniquement jugé à Rabat à une peine de 8 mois pour le simple fait de participer à une manifestation pacifique.

Interfaith International exprime également sa préoccupation par le fait que la Mission de Nations Unies pour le Referendum au Sahara Occidental n’est pas encore en mesure de s’acquitter de sa mission, après 17 ans sur la signature de cessez-le-feu entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario. La MINURSO n’est pas non plus mandaté pour protéger et promouvoir les droits de l’homme.

Pour tirer au clair la grave situation des droits de l’homme, Interfaith International invite le Haut commissariat des Droits de l’Homme de rendre publique, il n’en est que temps, le rapport réalisé par sa mission d’information qui s’est rendue en mai 2006 dans les territoires sahraouis sous occupation marocaine .

Interfaith demande également du gouvernement marocain de coopérer avec la communauté internationale en permettant la visite des observateurs internationaux comme la délégation ad hoc du parlement européen.

Je vous remercie.


************************************************

A souligner qu’une délégation sahraouie comprenant , Abdeslam Omar, Président de l’AFAPREDESA, Abba Haissan, Secrétaire général des juristes sahraouis et Hmad Hammad, secrétaire général de CODAPSO participe, depuis le 3 mars courant à Genève, à la 7ème Session du Conseil des droits de l’homme.Les rencontres avec diverses organisations ont permis à la délégation sahraouie d’informer sur la situation dans les territoires occupés et de dénoncer avec vigueur la poursuite, par le gouvernement marocain, de sa politique répressive, d’intimidation et de violence, mettant en exergue la nécessité de nommer un rapporteur spécial sur la situation des droits humains dans les territoires occupés, la création d’un mécanisme de prise en charge par l’ONU de la protection des civils sahraouis et la publication, sans tarder, du rapport élaboré en mai 2006 par le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

Rapport quotidien sur l’état de santé des détenus politiques en grève illimité de la faim à la Prison Noire d’El-Ayoune


Comité de Suivi

Rapport quotidien sur l’état de santé des détenus politiques en grève illimité de la faim à la Prison Noire d’El-Ayoune

Rapport du treizième, quatorzième et quinzième jour, 8, 9 et 10 mars 2008

Les détenus politiques sahraouis, à la Prison Noire d’El-Ayoune continuent leur grève de la faim, qu’ils ont commencée depuis le 25 février 2008, alors que Mr. Said ELBAILLAL poursuit une grève similaire, dans la prison locale de Salé, depuis le 20 février. En outre, les prisonniers politiques sahraouis, répartis dans les prisons marocaines de Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kénitra, ont entamé aujourd’hui, lundi 10 mars 2008, une grève illimitée de la faim, réclamant l’amélioration leurs conditions de détention à l’intérieur de ces prisons, ainsi que leurs droits légitimes garantis par les conventions et traités internationaux, en tant que prisonniers d’opinion.
Les conditions des détenus politiques sahraouis, dans la Prison Noire d’El-Ayoune, sont alarmantes. Trois d’entre eux, Mr. Mr. Bachri BENTALEB, Mr. Omar BELYAZID et Mr. Elhafed TOUBALI sont toujours à l’hôpital, où ils ont été transférés la semaine dernière. L’état des grévistes à la Prison Noire est très préoccupant suite à l’attaque agressive dont ils ont été victime, dans leurs cellules, hier dimanche 9 mars 2008, à 12 :00 GMT. Cette attaque est survenue après que le détenu politique sahraoui, Mr. Mohamed Salem BAHAHA, soit victime d’agression, le vendredi 7 mars 2008, dans l’infirmerie de la Prison Noire. Cette agression a provoqué une colère des détenus qui se sont protestés en scandant des slogans condamnant cette agression. La réponse de la direction de la prison était de déclarer l’alerte dans la prison est fermer le quartier des détenus. Les détenus sont alors enfermés dans leur quartier sans électricité, sans soin et sans droit de quitter les cellules. Le dimanche, 9 mars 2008, les détenus politiques ont été attaqué, brusquement, par les gardiens de la prison et les forces d’intervention rapide au sein de la prison. Les attaquants ont saccagé tous ce qu’ils ont trouvé dans les cellules et ont confisqué les biens des détenus. Huit des détenus politiques sahraouis ont été répartis sur des cellules des détenus du droit commun. De même, le détenu politique, Mr. Ahmed Salem AHMEIDAT a été mis dans le quartier des mineurs (le PP), alors que les détenus mineurs ont été répartis sur des cellules des détenus du droit commun.
En ce qui concerne l’état de santé des détenus, les cas suivant ont été enregistrés :
Vendredi 7 mars (dans la nuit) :
- Mr. Mohamed Salem BAHAHA souffre d’une accentuation des douleurs au niveau des reins et a été emmené à l’infirmerie de la prison où il a été agressé.
Les détenus, en grève, ont été visités par le directeur de prison et un médecin pour contrôler l’état de santé des grévistes. Ces derniers ont exigé que un peson qui prouvera la détérioration de santé et la perte de poids. Mais le directeur a refusé, ce qui a poussé les grévistes a refusé, aussi, le control du médecin.
Samedi 8 mars :
- Mr. Cheikh BEALLAL souffre de douleurs aigues au niveau des reins
- Mr. Omar AKHNIBILA souffre d’hépatite et des douleurs aigues au niveau des reins
- Mr. Mohamed BACHIRI souffre de douleurs aigues sur le côté gauche de son thorax
- Mr. Mouloud BARKOUH souffre de douleurs dans sa bouche et sa tête
Dimanche 9 mars :
Huit détenus politiques sahraouis sont toujours enfermés dans leur quartier, alors que les autres sont répartis sur les cellules du droit commun.

Monitoring Committee

Daily Report on the health status of political prisoners on unlimited hunger strike in the Black Prison in El-Ayoune

Report of the thirteenth, fourteenth and fifteenth days, 8, 9 and 10 March 2008

The Saharawi political detainees, in the Black Prison of El-Ayoune continue their hunger strike; they have begun since Feb. 25, 2008, while Mr. Said ELBAILLAL is pursuing a similar strike in the local prison of Salé, since Feb. 20. In addition, the Saharawi political prisoners, divided on Moroccan prisons of Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kenitra, began today, Monday, March 10, 2008, an unlimited hunger strike, claiming improving their conditions of detention inside these prisons, as well as their legitimate rights guaranteed by international conventions and treaties, as prisoners of conscience.
The conditions of the Sahrawi political detainees in the Black Prison of El-Ayoune, are alarming. Three of them, Mr. Mr. BENTALEB Bachri, Mr. Omar and Mr. BELYAZID Elhafed TOUBALI are still at the hospital, where they were transferred last week. The conditions of the strikers at the Black Prison is of great concern due to the aggressive attack which they were subjected in their cells, yesterday Sunday, March 9, 2008, at 12: 00 GMT. The attack occurred after the Saharawi political prisoner, Mr. Mohamed Salem BAHAHA, was a victim of aggression, on Friday, March 7, 2008, in the infirmary of the Black Prison. This aggression has caused anger among the prisoners who have protested and chanted slogans condemning the attack. The response of the prison administration was to declare the alert in the prison and to close the quarter of the detainees. The prisoners are locked in their area without electricity, without care and without the right to leave the cells. On Sunday, March 9, 2008, political prisoners were attacked, suddenly, by prison guards and the rapid intervention forces inside the black prison. The attackers ransacked all what they have found in the cells and confiscated the property of the detainees. Eight Sahrawi political detainees were divided on the cells of prisoners of common law. Likewise, the political prisoner, Mr. Ahmed Salem AHMEIDAT was placed in the minors quarter (PP), while the juvenile prisoners were divided on the cells of prisoners of law.
Regarding the health status of the detainees, the following cases have been registered:
Friday, March 7 (at night):
-- Mr. Mohamed Salem BAHAHA suffers from acute pain to the kidneys and was taken to the prison clinic where he was assaulted.
The prisoners, on strike, have been visited by the prison director and a doctor to monitor the health status of the strikers. The latter demanded a balance which will demonstrate the deterioration of health and weight loss. But the director refused, what pushed the strikers to refuse, too, the doctor’s control.
Saturday, March 8:
-- Mr. Sheikh BEALLAL suffers from acute pain in the kidneys
-- Mr. Omar AKHNIBILA suffers from hepatitis and acute pain in the kidneys
-- Mr. Mohamed BACHIRI suffers from acute pain on the left side of his chest
-- Mr. Mouloud BARKOUH suffers from pain in his mouth and his head
Sunday, March 9:
Eight Sahrawi political prisoners are still locked up in their quarter, while the rest are spread across the cells of the common law.

Nouvelle condamnation de deux sahraouis à El-Ayoune


Association Sahraouie
Des Victimes des Violations Graves des Droits Humains
Commises par l’Etat Marocain
- A S V D H –

Lettre d’information
El-Ayoune – Sahara Occidental
Lundi 10 mars 2008

Nouvelle condamnation de deux sahraouis à El-Ayoune

La cour de première instance d’El-Ayoune, a condamné, aujourd’hui, lundi 10 mars 2008, deux détenus politiques sahraouis à six mois de prison ferme. Les deux détenus politiques sahraouis, Mr. Said Mohamed Lamine Said LAHNANI, né en 1983, et Mr. Mohamed Elmokhtar ALOUATE, né en 1986, avaient été arrêté à Smara le 1 mars 2008, et traduit devant la cour de première instance, lors d’une première audience, le jeudi 6 mars 2008. Le procès a été alors reporté au 10 mars 2008. Ces deux détenus politiques sahraouis ont été chargé d’agression et blessures, et d’insulte contre un fonctionnaire en service.
Par ailleurs, les prisonniers politiques sahraouis, répartis dans les prisons marocaines de Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kénitra, ont entamé aujourd’hui, lundi 10 mars 2008, une grève illimitée de la faim, réclamant l’amélioration leurs conditions de détention à l’intérieur de ces prisons, ainsi que leurs droits légitimes garantis par les conventions et traités internationaux, en tant que prisonniers d’opinion. Les autorités carcérales marocaines persistent dans son rejet des revendications légitimes de ces prisonniers politiques sahraouis. Il est à rappeler que le prisonnier politique sahraoui et défenseurs des droits humains, Mr. Said ELBAILLAL, poursuit sa grève de la faim depuis le 20 février dernier dans la prison de Salé, alors que les prisonniers politiques sahraouis, dans la Prison Noire d’El-Ayoune, mènent une grève semblable depuis le 25 février. Leur état de santé s’aggrave de jour en jour devant l’insouciance de la direction de la prison.

English

Sahrawi Association
Of Victims of Grave Human Rights Violations
Committed by the Moroccan State
- A S V D H -
Newsletter
El-Ayoune-Western Sahara
Monday, March 10, 2008

New sentencing of two Sahrawis at El-Ayoune

The court of first instance of El-Ayoune condemned today, Monday, March 10, 2008, two Sahrawi political detainees to six months of prison. The Sahrawi political detainees, Mr. Said Mohamed Lamine Said LAHNANI, who is born in 1983, and Mr. Mohamed Elmokhtar ALOUATE, born in 1986, had been arrested in Smara on March 1, 2008, and brought before the court of first instance, during a first hearing, on Thursday, March 6, 2008. The trial was then postponed to March 10, 2008. Both Sahrawi political detainees have been charged with assault and injuries, and insult against a public officer on duty.
In addition, the Saharawi political prisoners, divided among Moroccan prisons of Taroudant, Tiznit, Ait Melloul, Kenitra, began today, Monday, March 10, 2008, an unlimited hunger strike, claiming improving their conditions of detention inside these prisons, as well as their legitimate rights guaranteed by international conventions and treaties, as prisoners of conscience. The Moroccan prison authorities persist in its rejection of the legitimate demands of those Sahrawi political prisoners. It should be recalled that the Saharawi political prisoners and human rights defenders, Mr. Said ELBAILLAL, continues his hunger strike since the last February 20 in the prison of Salé, whereas Sahrawi political prisoners in the Black Prison of El-Ayoune, continue a similar strike since February 25. Their state of health is getting worse day by day in front of the carelessness of the prison administration.